Adossement du RSI au Régime Général : Quel avenir pour les TNS ?

Logo3

Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’avenir de leur activité d’artisan sans ce satané RSI. A quelle sauce vont-ils être mangés ? Comment se passera la transition ? Dans quelles conditions ?

Pour répondre à ces questions et bien d’autres encore, il est totalement inutile d’être devin, il suffit d’avoir un peu de mémoire !

PhotoFunia-1502795660

Reprenons depuis le début, ou tout au moins à partir des infos ‘’officielles’’ que ces sages qui nous gouvernent ont bien voulu partager avec le petit peuple via le porte-voix officiel et dûment sponsorisé appelé ‘’presse’’. Ce que nous savons et ce que nous pensons savoir :

  1. Le changement, c’est pas maintenant, mais c’est pour très bientôt, le 1er Janvier 2018 précisément.
  2. Le RSI, c’est presque fini, l’URSSAF est votre futur ami.
  3. Un guichet unique sera réservé à nos amis entrepreneurs et artisans (les fameux TNS*)
  4. Le taux de cotisation devrait rester identique à celui du RSI, soit 47% (très avantageux, donc…)
  5. Ceux qui le souhaitent, et ils sont très nombreux d’après la Pravda locale, pourront bénéficier d’une couverture sociale améliorée, et même d’une protection ‘’chômage’’ comme les autres affiliés de l’URSSAF (les salariés).

*TNS = Travailleur Non Salarié (bref, ceux aujourd’hui affiliés au RSI)

La réalité de la situation bientôt passée :

Le RSI est une catastrophe industrielle (ce n’est pas moi qui le dit, mais la Cour des Comptes). Sans vouloir revenir sur des exemples précis des dysfonctionnements divers (les entrepreneurs qui lisent le présent texte ont tous ou presque vécu l’enfer du RSI), le principal problème de cette caisse ‘’sociale’’ est précisément la précipitation de sa création. Le regroupement des caisses AVA, ORGANIC et AMPI, sans aucune préparation, le tout organisé par des fonctionnaires et autres élus n’ayant jamais travaillé réellement et le tout géré par un logiciel informatique totalement inadapté (puisse que piqué à l’URSSAF, histoire de faire quelques économies…) et vous avez une machine de guerre de la destruction d’entreprise. En rajoutant une gestion administrative publique (toujours sans l’ombre d’une expérience terrain), vous obtenez un monstre dont même Kafka n’aurait pu rêver.

Vite !!! Le 1er Janvier c’est demain !

Le RSI vient de fêter ses 10 ans, et en 10 années il a été impossible de trouver des solutions aux dysfonctionnements, d’améliorer le mode de calculs, de modifier les process ou de réparer les bugs du logiciel. Et l’on voudrait donc nous faire croire qu’en modifiant le RSI pour le réintégrer au régime général via l’URSSAF en à peine 4 mois, tout va se passer sur des roulettes ? Je vous l’annonce d’ores et déjà, il manquera les ¾ des rouages à notre nouvelle machine sociale et il faudra au moins 10 ans pour que tout rentre dans l’ordre et commence à fonctionner à peu près comme prévu. Le bon côté, c’est qu’il ne faudra pas 10 ans pour que les TNS ne meurent asphyxiés par leurs nouvelles charges.

PhotoFunia-1502795818

Promesses, je ne boirai pas de ton eau !

Guichet unique dédié aux indépendants et taux de cotisations spécifique ‘’RSI Style’’. Quitter le RSI, au taux de cotisation de 47% pour rejoindre le régime général au taux de cotisation de +/- 80%, ça en inquiète plus d’un, mais le politique est rassurant, ça va bien se passer. Le RSI, c’était des prestations caca, des remboursements minables, une retraite de type Roumanie et des délais de carence sur mesure, et c’est pour ça que c’était pas cher (c’est vrai quoi, 47%, c’est même pas la moitié de votre rémunération, espèce de sales patrons que vous êtes !)

C’est à ce moment qu’un peu de mémoire remplace très efficacement la boule de cristal.

Il faut remonter au 28 Décembre 1990 (vous étiez en vacances, et les lois sympa, c’est toujours mieux pendant vos vacances 😎 ). Le gouvernement Rocard invente la CSG. Une contribution (une taxe, donc) tout à fait temporaire (2 à 3 années, pas plus, Michel le jure !) pour assainir les comptes de la Sécurité Sociale, déjà dans une situation terrifiante à l’époque. Mais avec un peu de créativité, et Dieu sait si on est créatif en taxes en France, et un peu de solidarité, tout va rentrer dans l’ordre. Plus de 25 ans ont passé, les comptes de la Sécurité Sociale ne sont pas assainis, pire, ils ont plongé dans les abysses, la CSG temporaire pour 2 ans existe encore et comble du bonheur, son taux a doublé de volume depuis sa création. Le gouvernement Rocard nous aurait menti ? Et tous les gouvernements suivants, de droite comme de gauche ? Ça ne vous suffit pas, pas d’inquiétude, le tout nouveau gouvernement Macron vous prévoit une toute nouvelle augmentation et pas des moindres  :-)

Cet indice de confiance ravivé, revenons à notre RSI en mutation. Promis juré, les indépendants garderont un taux proche des 47%. Proche ? C’est marrant ça, c’est déjà une porte ouverte à un petit 48 ou 49% non ? Et puis il y a l’idée géniale de proposer une couverture chômage aux indépendants. D’après la presse, vous êtes une majorité à être bougrement intéressés. On va donc vous le proposer en option, pour commencer, et puis vu que c’est génial et bon pour vous, ça deviendra obligatoire. Bien sûr, ça coûte cher ça aussi, mais c’est pas grave, ce sera une cotisation à part. Vous ne serez donc pas à 80% comme les salariés à l’URSSAF, mais à 47% + 30%, on n’est pas inquiet du tout. Et puis ça ne va pas se faire du jour au lendemain non plus, les hausses, c’est doucement mais surement, comme pour la CSG 😉  Et en attendant que les taux grimpent, pas d’inquiétude, les dysfonctionnements liés à la mise en place de la nouvelle machine infernale se chargeront de vous mettre sur la paille. Et oui, c’est curieux, mais les Tribunaux de Commerce anticipent 10.000 liquidations judiciaires de plus en 2018.

PhotoFunia-1502796499

Bref, pour l’infime minorité qui aura pris le temps (ou trouvé le courage) de lire jusque-là et qui se poserait la question, on vous le confirme, rester TNS est tout simplement suicidaire.

Tri sélectif

  1. Vous pensez que la fin du RSI = la fin de vos cotisations
  2. Qu’il faut bien cotiser pour sa retraite
  3. Qu’il est urgent d’attendre et de voir venir
  4. Que votre comptable gérera ce genre de problèmes
  5. Vous n’avez pas le temps, y a vacances

Surtout, ne nous contactez pas, notre temps est au moins aussi précieux que le vôtre.

  1. Vous pensez que la gestion, c’est la base de votre entreprise
  2. Vous souhaitez prévoir votre avenir par et pour vous-même
  3. Vous pensez que l’anticipation c’est bien (prévenir vaut mieux que guérir)
  4. Vous jugez que le fruit de votre travail doit d’abord et avant tout vous profiter
  5. Vous n’êtes pas contre un peu d’optimisation

Cliquez ici : CONTACT

PhotoFunia-1502796246

Restez au top de l’optimisation, abonnez-vous à notre newsletter

[wysija_form id= »1″]