2018 : 18.000 liquidations judiciaires de plus, 18.000 TNS de moins.

Logo3

En 2017, les TNS* ont obtenu une grande victoire, la suppression du RSI. La décision d’adosser les TNS auprès du régime général va par contre leur laisser un goût très amer dans la bouche. Beaucoup regretterons même ‘’le bon vieux temps’’.

*TNS = Travailleur Non Salarié (EI – Entreprise Individuelle, EIRL, gérant d’EURL, SARL,…)

Le régime général, c’est le régime de protection des salariés. Certes il est meilleur que celui des indépendants, mais il est surtout beaucoup, beaucoup plus cher. 30% plus cher que celui des indépendants. Pour gérer tout ce petit monde, et particulièrement les nouveaux arrivants, il va falloir niveler sur un taux identique (soucis de simplification, quelle belle excuse).

N’ayant jamais vu les taxes ou les charges baisser en France, mais largement augmenter, gageons qu’il sera plus logique de remonter le taux de 47% de charges des indépendants à 80% comme les salariés plutôt que le contraire. Après tout, on aurait pu baisser le prix de l’essence au niveau de celui du gasoil, mais on a préféré augmenter celui du gasoil au niveau de celui de l’essence (c’est pour l’écologie, hein  😉 )

On vous prévient donc une fois encore, amis TNS, vos charges vont exploser. Mais pas d’inquiétude, ce sera une explosion lente et répétitive, vous le sentirez passer, mais tout en douceur, comme le suppositoire.

Alors d’où vient ce chiffre de 18.000 liquidations judiciaires à venir ? Non, nous ne l’avons pas tirée d’un chapeau. Nous nous sommes simplement rapproché des premiers concernés, les tribunaux de commerce.

Ce chiffre de 18.000 est issu d’un simple calcul issu des statistiques inhérentes aux dossiers transmis aux tribunaux de commerce (TC) sur l’année 2016.

Tribunal de commerceEn 2016 il y a eu 66.000 liquidations judiciaires prononcées sur un peu plus de 300.000 dossiers présentés (les TC ne servent pas qu’à déposer le bilan, ils font aussi du conseil, de la sauvegarde et de l’accompagnement). Sur le delta des dossiers présentés et des liquidations prononcées, certaines entreprises sont passées  »limite » pour éviter la liquidation. Mathématiquement, on calcule qu’une hausse de charges d’1% (l’augmentation de la CSG par exemple), c’est X centaines d’entreprises qui ne passent plus, une hausse de 2%, de 3% et ainsi de suite, c’est encore X centaines et milliers d’entreprises qui coulent. Comme les TC sont déjà au courant des hausses de charges à venir via l’intégration du RSI au régime général (on vous le répète, vous allez manger grave, les TNS), le calcul est très simple à réaliser.

66.000 liquidations judiciaires, c’est un record mondial ! Les USA (5 fois la France) ne subissent que 23.000 liquidations par an… 18.000 liquidations de plus, c’est 27% (plus d’un quart) de liquidations en plus !!!

Comme nous nous tuons à le répéter depuis des années, la seule façon de maîtriser ses charges à l’Euro prêt, et même sa fiscalité, c’est d’abandonner le statut mortifère de TNS en changeant de statut juridique. Plus qu’hier et moins que demain, les dirigeants de SAS, seul, tireront leur épingle du jeu, moyennant une gestion de pointe, bien entendu. Sachez, au passage, qu’un changement de statut peut, sous réserve de critères simples, vous ouvrir des droits à une exonération d’impôts sur le revenu pendant plusieurs années.

 Pour conclure, ceux qui resteront TNS en 2018 auront deux choix de vie :

1) Cessation d’activité (liquidation amiable ou judiciaire)

2) Travailler à plein temps pour l’Etat.

Ces deux perspectives ne vous tentent pas, cliquez ici : CONTACT

mouton-noir-intello-abattoir